Plan du site

En plaçant tout vos articles dans des catégories, vous permettez aux visiteurs et aux moteurs de recherche d'y accéder depuis un menu.

Point météo

La météo www.meteo.fr 

L’orage

L’orage en montagne est un phénomène dangereux qu’il faut savoir éviter ou anticiper. En effet chaque année en moyenne une quinzaine de personnes sont tuées par la foudre.

L’orage qui dure de quelques minutes à quelques heures est souvent accompagné d’autres phénomènes dangereux tels que des pluies intenses, de la grêle, des rafales de vent, chute temporaire des températures.

Sa formation :

1- L’orage isolé :

L’été par réchauffement on voit évoluer les petits cumulus matinaux en gros nuages à fort développement vertical dans l’après-midi. Ces nuages énormes s’appellent des Cumulonimbus, ce sont eux qui provoquent la foudre (décharge électrique), l’éclair (échauffement de l’air), le tonnerre (vibration de l’air).

Après le passage de l’orage d’été les conditions météo redeviennent ce qu’elles étaient avant, au niveau des températures et du vent.

2- L’orage d’air instable :

La plaine comme la montagne sont concernés par ce phénomène qui touche de grandes étendues. Les orages se produisent à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, ils peuvent se succéder.

3- L’orage au passage d’une perturbation :

La dégradation est soudaine et violente, sans trop de précurseurs à part la baisse rapide de la pression, à la suite de ce type d’orage les conditions météo changent définitivement, il fait plus froid, il peut continuer à pleuvoir et les nuages persister contre le relief.

Comment se protéger de la foudre :

  • éviter les arêtes et sommets ;
  • éviter de manipuler des conducteurs électriques (eau qui ruisselle …) ;
  • s’isoler du sol en s’asseyant sur un rouleau de cordes, un sac à dos… ;
  • se réfugier dans une cabane quand c’est possible, ou rentrer dans une forêt et non pas sous un arbre.

Les signes annonciateurs :

  • le ciel s’assombrit rapidement ;
  • le vent se renforce et tourne à la bourrasque ;
  • sur les extrémités des objets pointus : effluves lumineux, bourdonnements diffus (« abeilles ») qui annoncent la foudre.

Le vent

Le vent fort agit mécaniquement par sa poussée. Il peut déstabiliser une personne dans les passages délicats. Sa force varie considérablement en fonction de l’exposition et de la topographie. Les cols, les crêtes sont particulièrement ventés.

Le vent peut aussi faire chuter des pierres aux endroits exposés.

Il multiplie les effets préjudiciables du froid sur l’organisme. L’évaporation de la transpiration sur la peau non protégée, par absorption de chaleur, refroidit l’organisme.

Ex : pour une température sous abri de + 5 degrés Celsius par vent faible, la température ressentie est de +4 degrés Celsius ; par vent fort la température ressentie est de -2 degrés Celsius.

A contrario quand il fait très chaud, le vent est agréable car il accélère le refroidissement par sudation.

L’isotherme 0 degré

C’est le niveau d’altitude en « atmosphère libre » (hors relief), où l’on passe d’une température positive à une température négative.

Les bulletins météo annoncent les fluctuations de ce niveau, ce qui donne des indications au delà du refroidissement ou du réchauffement attendu. En effet une isotherme 0 degré au-dessus de 4 000 à 4 500 m est une indication de beau temps en général. En dessous de 3 000 m en conditions estivales c’est plutôt du mauvais temps.

En revanche, en fonction de la nature du sol, de l’exposition et de l’état du ciel, l’isotherme 0 degré peut-être très différente du niveau de gel.

À retenir :

www.meteofrance.com rubrique montagne

Et le répondeur téléphoniques pour la prévision : 3250, #, #, 4, 1, n° du dép.

Bibliographie :

Petit Manuel de Météo Montagne / J Jacques Thillet et D. Schueller, éd. Glénat

Techniguide de la Météo 3, J.-Louis Vallée, éd. Nathan.

La cartographie

La légende de la carte :

Elle comprend des couleurs, des signes et symboles conventionnels et du texte.

  • Bleu : hydrographie (eau, glace) ;
  • vert : couverture végétale permanente (bois, vergers, vignes, broussailles, …) ;
  • orange : courbes de niveaux ;
  • noir : zones rocheuses, éboulis, falaises, et tout élément artificiel (noms, bâtiments, limites…) ;
  • magenta : sentiers de randonnées (balisés ou non), symboles touristiques, grandes routes...

 L’échelle :

C’est le rapport entre une longueur mesurée sur la carte et la longueur correspondante mesurée sur le terrain.

Carte au 1 : 25000 signifie que 1 cm sur la carte représentent 250 m sur le terrain.

 Points cotés, courbes de niveau :

Ils représentent le relief du terrain.

Un point coté .1453 signifie que ce point est à 1453 m d’altitude. Les courbes de niveaux sont des lignes imaginaires, de couleur orange, bleue pour les glaciers, qui relient les points de même altitude.

Le sens des chiffres sur les courbes de niveau indique le sens de la montée (les chiffres croissent en même temps que la hauteur augmente).

 Le dénivelé ou la dénivelée :

C’est la différence d’altitude entre deux points précis.

 L’orientation :

Sur les cartes IGN, le nord est toujours situé en haut de la carte.