Je m’hydrate, je m’alimente

Je m’hydrate, je m’alimente

  Ne partez pas le ventre vide : la veille au soir, mangez de préférence des aliments riches en sucres lents tels que les pâtes ou les féculents, et évitez les boissons alcoolisées;

Le matin, avant de partir, prenez un vrai petit déjeuner complet, en veillant à boire et manger de façon suffisante et variée ; un petit complément peut être pris sur le lieu de départ de la randonnée.

 Dans votre sac, emmenez suffisamment de nourriture : il vaut mieux en avoir un peu plus qu’il ne faut, pour pouvoir faire face aux impondérables.

Ne vous contentez pas de fruits secs ou de barres de céréales que je garderais à portée pour manger pendant les pauses.

Attention à l’hypoglycémie, qui guette les randonneurs qui ne prennent pas le temps de manger.

 Pour s’hydrater, l’eau reste la boisson de base, vous pouvez la compléter par du thé, du café ou des boissons énergisantes comme celles qui ont « cola » dans leur titre (mais pas dans leur composition !).

Il faut emmener au minimum un litre d’eau, quantité à augmenter dès que la chaleur monte et la randonnée s’allonge.

Il ne faut jamais prendre de l’eau dans un torrent, seulement en refuge ou lorsque l’on est sur d’être en présence d’une vraie source.

En tout état de cause, prévoyez au départ toute la boisson nécessaire pour la totalité de la randonnée.

 Il est conseillé de s’hydrater régulièrement ; boire beaucoup a tendance à « couper les jambes » ; il faut privilégier l’absorption fréquente par petites gorgées que l’on laisse humecter toute la bouche avant de les ingurgiter.

 Vous pouvez suivre la règle suivante : en montagne, il vaut mieux boire avant d’avoir soif et manger avant de ressentir la faim.